La médiation, un mot à la mode pour un processus méconnu

Cette entrée a été publiée dans Actualités le par .

Ce mot est à la mode. Mais sait-on ce qu’il offre ?

Il fleurit sur toutes les lèvres. On le prononce avec plaisir. Il suscite généralement des réactions positives, des émotions favorables.

Mais sa définition dans le domaine juridique est souvent floue et son application aux conflits reste très rare.

La médiation telle que pratiquée par les médiateurs agréés en matière familiale, sociale ou civile-commerciale est un processus qui permet aux parties en conflit de faire appel à une « aide extérieure » (le médiateur) pour chercher ensemble un moyen de résoudre leur différend.

La médiation émane de l’idée que les personnes qui vivent le conflit sont plus que quiconque qualifiées pour trouver une solution qui leur convient. Lorsqu’elles sont accompagnées de leur conseil, les personnes en conflit allient la connaissance pratique de leur vie quotidienne et leurs émotions à la connaissance juridique des solutions acceptables. Le médiateur aide chacun à définir ses intérêts et trouver une solution acceptable pour tous.

La médiation a fait ses preuves dans des milliers de conflits où les personnes ont eu la curiosité de s’informer.

Une séparation (les parents ne sont ils pas mieux placés que le magistrat pour choisir l’école de leurs enfants, le système de garde?), un conflit de voisinage (permettre aux voisins en conflit de se parler à nouveau pour résoudre leur différend n’est il pas plus favorable que décider si oui ou non tel arbre doit être abattu ?), un licenciement (mal expliqué, il est une source de frustration et de procès long, couteux et frustrants). Une créance est souvent contestée lorsque le dialogue est rompu entre les parties…

NOTRE CONSEIL : informez vous à propos de la médiation, tentez la. Elle vous permettra souvent de gagner du temps et surtout de trouver une solution vraiment sur mesure à votre conflit. La liste des médiateurs agréés est consultable sur http://www.juridat.be/mediation/

Me Caroline Muraille, avocat